Accueil / Projet / Les questions à se poser pour savoir quand renoncer à son projet

Les questions à se poser pour savoir quand renoncer à son projet

La principale différence entre un projet qui réussit et un échec réside bien souvent dans des questions de timing et de persévérance. En effet, bien souvent les entrepreneurs à succès sont ceux qui ont su continuer alors même que la majorité des personnes aurait arrêté depuis bien longtemps. Cependant, ce n’est pas parce que l’on continue dans son projet que ce dernier va forcément se transformer en succès. Ainsi il est bon de pouvoir identifier le moment auquel il convient d’arrêter son projet et de stopper les pertes, plutôt que d’en engranger encore plus et potentiellement tout perdre. Pour se faire il s’agira d’analyser si effectivement il y a des chances d’en faire un succès s’il est continué.

 

Changer et continuer ou abandonner?

 La question est centrale, et aucun entrepreneur ne souhaite y être confronté un jour. Seulement, le risque est grand qu’à un moment ou un autre l’envie, ou la situation fasse que la question de tout arrêter se fasse ressentir, aussi grand que le fait d’être entrepreneur est difficile.

Afin de savoir si oui ou non le projet doit être abandonné il convient donc de se poser les bonnes questions. Il faut se les poser honnêtement et sans se laisser influencer par des facteurs extérieurs. Rester humble et honnête constitue le meilleur moyen d’appréhender ce genre de questions.

A mon sens, il ne faut pas se focaliser uniquement sur des aspects financiers, ou matériels. Il faut accentuer les questions de motivation, d’envie, de perception qu’ont les autres de votre projet etc.

Ainsi, posez-vous les questions qui vont suivre afin de pouvoir décider avec une plus grande maitrise de continuer, ou d’abandonner votre projet.

 

Les raisons de votre choix sont-elles toujours valides?

Ce doit être la première des questions que vous devez vous poser. En effet, lorsque vous avez élaboré votre projet, vous l’avez normalement fait en ayant analysé les raisons pour lesquelles vous souhaitez le lancer. Vous devez donc vous demander si suite à l’avancement du projet, ces raisons sont toujours valides ou si les modifications ont changé ces dernières et leur applicabilité.

La situation peut-elle empirer?

En effet, comme on se le dit souvent « y a pire ». Demandez-vous donc si la situation dans laquelle vous vous trouvez actuellement est le plus bas et que vous ne pouvez que remonter ou bien si elle peut encore empirer. Si la situation peut s’empirer, demandez-vous alors quel est le point jusqu’auquel vous pouvez aller. Disposez-vous en d’assez de ressources pour pouvoir continuer le projet? Si oui, à partir de quel point il coûterait moins cher d’abandonner le projet et d’en recommencer un nouveau, sur de nouvelles bases que de continuer celui là?

L’attraction est-elle toujours là?

Il s’agit ici d’évaluer si votre projet est encore fédérateur. Demandez-vous si vous, et/ou vous équipe sont toujours motivées, s’il y a des raisons de s’inquiéter d’une perte de confiance envers le projet. Si votre projet décline de se côté là il convient de regarder s’il continue à déclencher de l’enthousiasme vis-à-vis des personnes extérieures, et s’il a réussit à convaincre des personnes qui de prime à bord étaient récalcitrantes. En effet, si votre projet commence à faire changer les personnes qui au départ y étaient opposées ou au mieux indifférentes alors il y a matière à potentiellement continuer les efforts.

Les deadlines critiques et les paliers clés ont ils été atteints?

Nous retombons ici dans une évaluation un peu plus terre à terre. En effet, demandez-vous si oui ou non vous avez su respecter les deadlines et les objectifs que vous vous étiez fixé. Votre projet doit normalement avoir progressé et des achèvements concrets (premier client, première version du produit…) devraient avoir été réalisés puisque vous y avez déjà consacré du temps. Il faut ici évaluer si le projet stagne ou continue de progresser et donc évaluer le potentiel de création et d’amélioration qui en découle.

 

Vous répondez postivement à toutes ces questions? Alors repenchez vous sur votre projet, réévaluez vos options et les moyens dont vous disposez pour atteindre vos objectifs globaux et continuez! Vous disposez toujours des éléments clés dans la réussite de votre projet, il serait donc dommage de s’arrêter maintenant, même si des difficultés se sont présenté et que tout ne se passe pas comme prévu au départ.

Vous répondez négativement à la majorité de ces questions? Il convient peut-être de sérieusement envisager l’arrêt du projet et ainsi limiter vos pertes. Même s’il est souvent difficile d’arrêter et de faire face à l’échec, il s’agit sans doute malheureusement de la meilleure solution.

 

J’arrête mon projet, et après?

Il ne faut pas se leurrer, l’échec est difficile à vivre. D’une personnellement et de deux vis-à-vis de ses proches et des personnes qui vous entourent. Il est facile de se laisser entrainer dans un cercle vicieux suite à un échec et les conséquences peuvent être grandes.

Afin de limiter l’impact de l’arrêt de votre projet, il convient d’en faire un allier. Comme je l’avait écris dans mon article L’échec, ou la modalité de la réussite, il faut le voir comme un appui. Il faut être capable d’en tirer des enseignements et de se poser les bonnes questions. En effet, un échec ne doit pas devenir une honte, je ne connais personne qui n’a jamais échoué dans sa vie, ou alors ce sont des personnes qui ne sont jamais sorties de leur zone de confort. Vous avez osé, vous avez tenté, vous faites donc partie d’une catégorie de personnes sachant ce qu’elle veutlent et sachant prendre des risques quand il le faut. Il faut donc en être fier. Effectivement, le résultat n’est pas là, mais mieux vaut vire avec la certitude d’avoir échoué plutôt que le regret de ne pas l’avoir fait.

 

Un échec est le moyen de pouvoir recommencer les choses d’une meilleure manière, d’une manière plus intelligente et efficace. Alors, réfléchissez, tirez en des enseignements, motivez vous et recommencez!


Crédit photo: http://www.photo-libre.fr

Regardez aussi

Comment définir un BON objectif pour votre entreprise

Il me semble intéressant de reparler de la définition des objectifs pour une entreprise. Avant …

Bonne nouvelle: c’est la reprise!

Comme vous l’avez sans doute vu, ce blog n’a pas été mis à jour depuis …

11 commentaires

  1. Bonjour,

    En effet les échecs ne sont pas dramatiques non plus ! C’est vrai que c’est dur de voir un projet auquel on a consacré beaucoup de temps, d’argent, de patience, s’écrouler mais il faut se poser les bonnes questions :

    Pourquoi ? Est-ce le secteur d’activité ?
    L’endroit qui n’était pas propice ? Le manque de clients, de compétences, le manque de moyens ? Comment puis-je m’enrichir autrement ? Quelle est la tendance du moment et surtout quelles sont les perspectives d’avenir, sur quel marché investir et quelle clientèle viser ?

    Trouver un autre projet est primordial si l’on ne souhaite pas tomber dans la déprime et se sous-estimer.

    Avec un peu de chance, le temps de migrer vers une autre idée, personne n’y verra que puic !

    Donc, plus la peine d’avoir peur du regard des autres, il n’est qu’un reflet de l’image que nous ne donnons à nous-même : plus une personne a confiance en elle et plus on lui fait confiance, plus elle paraît ambitieuse et plus on la félicite et on l’admire.

    Prenez-en de la graine !

  2. Un bon article qui amène des pistes de réflexions intéressantes.
    Cependant le plus difficile est bien souvent de prendre le recul nécessaire, c’est pour cette raison qu’un peu d’aide extérieur d’un autre entrepreneur est vraiment bonne à prendre, ne serait ce que le temps d’un échange pour avoir une vision neuve, non obstruée par les détails du quotidien.

    • Bonjour Louis,

      Merci pour le compliment!

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il ne faut pas rester isolé et se fermer aux apports extérieurs qui peuvent être un immense soutien et amener une clairvoyance là où l’on est tenté de rester la tête dans le guidon.

      Henri.

  3. Continuer ou abandonner? Je suis à ce stade.

    Cela fait 9 mois que je suis sur un projet que je n’arrive pas à lancer comme prévu et donc pas très rentable jusqu’à maintenant.

    Je n’abandonne pas mais je cherche des alternatives comme soit trouver un emploi et continuer en complémentaire ou bien, développer vite un autre projet + rapidement rentable.

    Quel dilemme !

  4. Salut,
    @Youri, oui, le début est toujours difficile, et ça peut durer longtemps (jusqu’à 2 ans ou plus) mais pour moi, il faut focaliser sur ce projet, car un nouveau projet peut durer plus que le premier, et tu peux gâcher le premier projet aussi … essaie de trouver quelqu’un qui peut aider (idées + argent …etc) bon courage.
    @Henri, merci pour l’article.

  5. Ce n’est pas simple d’abandonné un projet, surtout si l’on s’est consacré corps et âme à ça réussite. Et de voir qu’il n’abouti rien est extrêmement dur. Un seul conseil dans ces cas là, réessayer autre chose et apprendre de ses erreurs.

  6. Je vous recommande notre outil d’évaluation de projet qui donne les points positifs et négatifs de votre projet mais aussi les axes d’améliorations. Il est donc très utile pour ne pas se lancer dans un projet risqué.

  7. Je pense moi aussi que c’est très dur d’abandonner un projet sur lequel on a passé énormément de temps.
    L’aide extérieur je trouve que c’est plutôt pas mal, ça permet de nous faire ouvrir les yeux.
    Ça ne sert à rien de s’accrocher trop si on voit vraiment que ça ne marche pas. (facile à dire mais pas à faire)
    Merci pour le partage de cet article très pertinent.
    Cordialement

    • Bonjour,
      Merci pour ce commentaire. Je pense effectivement qu’abandonner son projet est une épreuve difficile et je suis d’accord avec vous sur le « plus facile à dire qu’à faire ».
      A bientôt!

  8. C’est un sujet très délicat.Plusieurs personnes ont rencontré ce problème. Lorsqu’on lance un projet au début, les espérances sont très élevés et la motivation est grande.Mais peu à peu, on remarque que le projet n’est pas au top et les résultats ne sont pas si satisfaisants. Je pense dans ce cas qu’il faut essayer de trouver de nouvelles pistes afin de donner un second souffle au projet et ne pas laisser tomber.Mais si le problème persiste , abandonner temporairement n’est pas si dramatique. Finalement , l’échec doit être une force car ça permettra de recommencer avec une autre vision plus claire. J’ai bien aimé la phrase :  » un échec ne doit pas devenir une honte, je ne connais personne qui n’a jamais échoué dans sa vie » elle résume tout en effet.

    J’ai oublié de te remercier pour ton excellent article, à bientôt.

    • Bonjour Sarah,

      Je ne sais pas si faire une pause dans le projet est vraiment bénéfique à long terme, il va plutôt tendance à rester au placard et potentiellement nous empécher de faire table rase du projet passé pour en reprendre un nouveau mieux ficelé et avec plus d’enthousiasme. Qu’en pensez-vous?

      Merci en tout cas pour ce commentaire constructif!

      A bientôt!
      Henri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *